rapamycine
Les maladies liées à l’âge pour ne pas dire le phénomène de vieillissement lui-même seraient sur le point d’être vaincu. Les chercheurs américains David Harrison du Jackson Laboratory et Randy Strong de l’Université du Texas ont effectué des recherches sur les effets de la rapamycine.

Molécule découverte dans les années 70 à l’Île de Pâques, il a servi depuis des années déjà comme médicament anti-rejet pour les personnes ayant été sujet de transplantations. Aujourd’hui, résultat des recherches et des études publiées, elle s’avère être la source d’une nouvelle jeunesse pour les seniors. En effet, les chercheurs ont effectué leurs expériences sur 2000 souris âgées de 20 mois soit l’équivalent de la soixantaine chez l’être humain. En administrant cette molécule dans leur alimentation, ils ont constaté que la rapamycine a augmenté de 14% la durée de vie de ces mammifères  âgées par rapport à ceux à qui ils n’en donnaient pas. 

Conclusion : la rapamycine est la première molécule capable d’accroître la durée de vie des mammifères. Toutefois, les chercheurs ont notés qu’il n’est pas conseillé de prendre de la rapamycine afin de ralentir le vieillissement car cela pourrait porter préjudice à la santé des hommes notamment au niveau du système immunitaire.