L’espérance de vie a largement augmenté dans les pays occidentaux. Bien au fait de cette évolution, les banques sont aujourd’hui de plus en plus nombreuses à permettre aux seniors de contracter des emprunts malgré les assurances décès et les invalidités qui sont des termes qui reviennent souvent et qui font peur. Et, ces derniers ne se le font pas dire deux fois, ils saisissent cette opportunité et osent emprunter de l’argent pour des prêts immobiliers, des crédits à la consommation et des prêts personnels.

Comme les seniors sont le plus souvent retraités, ils financent leurs crédits avec leurs pensions de retraite, leurs assurances vies etc. L’assurance décès, perte totale ou irréversible d’autonomie est cependant exigée à la signature. Ainsi, des mesures ont été mises à leur disposition pour qu’ils puissent avoir recours et accès à ces emprunts à l’exemple du prêt viager hypothécaire. L’accord de ce prêt se fait devant un notaire et est considéré comme une rente ou un capital, une fois que l’emprunteur est sûr que le bien mis en hypothèque est en bon état. Le senior est ensuite tenu de l’entretenir pour qu’il ne se dégrade pas. L’avantage de ce prêt, c’est qu’il n’est pas soumis à l’impôt. Le montant se calcule en fonction de la valeur du bien hypothéqué, de l’âge du senior, de son état de santé. En même temps, la durée du prêt est déterminée en fonction de ces estimations.